L'Isère et la coopération internationale

Le département de l’Isère, un territoire ouvert sur le monde

L’Isère est une terre traditionnelle de coopération internationale qui compte plusieurs centaines d’associations à caractère international, avec lesquelles de nombreuses actions de coopération et de solidarité sont engagées (plus de 460 actions sur un total de 2 500 en Auvergne Rhône-Alpes - source : réseau régional Resacoop). Cette ouverture à l'international est protéiforme :  culturelle, économique, etc. Ces échanges constituent une formidable ouverture sur le monde ; ils permettent une meilleure compréhension de l’autre par le dialogue interculturel et contribuent à l’apprentissage et à l’exercice de la citoyenneté.

Dès 1983, le Département de l’Isère soutient des actions d’aide au développement dans différents pays. C’est à partir de 2001 qu’il met en place une politique de coopération décentralisée qui se déploie aujourd’hui avec des autorités locales de deux pays choisis en raison de leurs liens traditionnels avec l’Isère, de leurs relais locaux, de leurs besoins de soutien et envie d’échanges : la Réserve Naturelle Communautaire du Boundou et le Département de Kédougou au Sénégal ainsi que la Région du Guégharkunik en Arménie.

Au-delà de sa politique de coopération décentralisée, le Département s’est également engagé à partir de 2016 dans le soutien de projets ou d’actions de coopération internationale menés par les acteurs isérois, dont l’importante mobilisation permet aux territoires de se rencontrer et de s’enrichir mutuellement. Cet axe se décline sous la forme :

  • D'un appel à projets annuel en soutien aux projets de coopération culturelle internationale et d'éducation à la citoyenneté mondiale menés par les acteurs isérois.
  • Du soutien au programme mutualisé de développement rural "Sentier d'Abraham" porté par les associations iséroises AFRAT et Tétraktys, en partenariat avec l'Agence Française de Développement et cinq autres collectivités françaises. Ce programme vise à structurer un itinéraire de tourisme rural de randonnée en faveur des populations locales palestiniennes. 
  • D'un appui à la déclinaison en Isère du Festival des solidarités, le rendez-vous national de la solidarité tous les ans au mois de novembre.
Le monde oh parc ! © Tétraktys

 

La coopération décentralisée, qu’est-ce que c’est ?

  • La coopération décentralisée est l’une des formes très variées que peut prendre l’action européenne et internationale des collectivités territoriales (AEICT).
  • Fondée sur le volontarisme des collectivités territoriales, la coopération décentralisée est une coopération internationale de collectivité à collectivité, de territoire à territoire, fondée sur des échanges à différents niveaux.
  • Cette politique publique locale a été reconnue par la loi dès 1992, confortée depuis par la loi Thiollière de 2007 et la loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale de 2014.

Une coopération internationale pour un développement durable

Le Département de l’Isère développe une politique de coopération internationale active dans le but de participer au développement local, concerté et durable des territoires partenaires. C’est un engagement en faveur de la paix, du respect des droits de l’Homme, de la démocratie participative, de l’expression citoyenne, de l’égalité entre les hommes et les femmes, de la laïcité et de la diversité culturelle, en Isère et au sein des pays partenaires.

La politique iséroise de coopération internationale est placée sous le double signe de la solidarité et du développement durable. Les interventions, décidées en concertation avec les territoires partenaires, respectent l’autonomie, la culture et l'environnement de chacun. Ces principes sont inscrits dans la Charte de la Coopération décentralisée et des Relations internationales adoptée par le Département en 2012.

Les actions entreprises visent à développer les activités génératrices de revenus, l’accès aux services publics de base (santé, éducation, eau, action sociale), la préservation et la valorisation de la culture et du patrimoine, l’implication des habitants et la promotion de l’autonomie des femmes tout en tenant compte de la protection de l’environnement et d’un usage pérenne des ressources naturelles.

Elles visent également à renforcer les institutions partenaires dans leur structuration et la mise en œuvre de leurs compétences. Dans une logique d’intérêt mutuel, les principaux axes de partenariat s’inscrivent dans les compétences et les domaines d’expertise du Département et des acteurs de son territoire : l’action sociale, le tourisme durable, l’environnement, la culture, l’éducation, etc.

La réciprocité en Isère des actions menées dans les territoires de coopération décentralisée au Sénégal et en Arménie ne peut être envisagée. Néanmoins, il existe des bénéfices à ces coopérations pour l'Isère : échanges culturels, associatifs et institutionnels, pratiques d'aménagement du territoire agricole ou environnemental modifiées, appréhension d'autres modèles de société et de développement basés sur l'économie de moyens et de ressources, approches participatives, simplification et "humanisation" des procédures.

 

Atelier plantation © Benjamin Bureau

Une logique d'action en réseau

Une grande attention est portée par le Département au développement d’actions mutualisées et au travail en réseau. Pour mettre en œuvre ses partenariats de coopération décentralisée, il mobilise à la fois son expertise interne et notamment de ses directions de la Culture et du Patrimoine, de l'Aménagement et de l'Education, de la Jeunesse et du Sport et l'expertise de la société civile iséroise, important creuset au service de la coopération.

Avec les autres collectivités locales françaises (et notamment les Villes de Grenoble et de Vienne au sein de la plateforme de coopération mutualisée avec l'Arménie IRAPA), les partenariats visent à une meilleure concertation entre intervenants sur une même zone ou une même thématique dans le but d’accroître à la fois l’efficacité, la qualité, l’ampleur et la visibilité des actions.

Dans cette même logique, le Département est membre du Réseau Auvergne Rhône-Alpes d'appui à la coopération (RESACOOP), de Cités Unies France (CUF), du Réseau isérois Jeunesse et Solidarité Internationale (RJSI) et du Fonds pour Evaluer, Echanger, Eclairer (F3E).

Rencontre ambassadeur - IRAPA © Département de l'Isère

Documents à télécharger

Téléchargez le rapport "Regards croisés des observatoires sur l'internationalisation du territoire" sur le site de l'OBSY

Haut de page